Séance Jeudi 15 mars, Lille

Lieu: MESHS, 2 Rue des Canonniers, 59000 Lille

Nous avons le plaisir de vous annoncer la prochaîne séance du séminaire « Histoire et Philosophie de l’informatique et du calcul », *jeudi 15 mars à 14h*, à la MESHS, 2 rue du Canonniers, Lille, Salle 001.

Le thème de cette séance est: *Réseaux* avec la participation de:

Valérie Schafer (C2DH, Université du Luxembourg), Histoire des réseaux: enjeux, évolutions et perspectives

Cette présentation qui mêlera parcours historiographique et retour sur des projets de recherche (histoire de Cyclades, du Minitel, de Renater, du Web des années 1990 notamment) a pour objectif de présenter les avancées et tendances de l’histoire des réseaux, mais aussi d’en interroger les sources, méthodologies, ainsi que les terrains encore à défricher ou vierges. De l’étude des couches basses et de la normalisation à celle des usages et cultures numériques, de l’histoire locale à l’histoire globale, des sources institutionnelles aux archives du Web, des emprunts aux Internet Studies aux apports de la Media Archéologie, il s’agira de présenter un large panorama du foisonnement actuel en termes de recherche sur l’histoire des réseaux.

Alexandre Monnin (Origens Medialab, ESC Clermont), Une histoire philosophique de l’architecture du Web​

L’architecture du Web désigne les principaux standards du Web (système de nommage à base d’URI, protocole HTTP, langages HTML ou RDF). Son histoire est relativement mal connue et plus circonscrite que celle du Web au sens large qui intègre ses liens avec Internet, le développement des navigateurs, des moteurs de recherche, des langage (à l’instar de Javascript) ou encore des réseaux sociaux. Pour autant, le travail de stabilisation de l’architecture du Web s’est avéré de première importance pour faire du Web (pour le meilleur ou pour le pire) une plateforme ouverte susceptible d’accueillir les innovations et modèles qui nous sont aujourd’hui familiers. Or, retracer les controverses autour de l’architecture du Web demande tout autant d’adopter une posture d’historien que de philosophe. En effet, ces discussions reposent de nombreuses questions habituellement prises en charge par la philosophie tout en apportant des réponse d’une nature inédites, sur une échelle qui l’est tout autant. Nous retracerons ici les débats autour de ce nous avons appelé avec Harry Halpin « la philosophie du Web », en reconsidérant, en retour, la pratique philosophique traditionnelle à l’aune de celle des architectes du Web, que Tim Berners-Lee (le « créateur » du Web) qualifie lui-même d' »ingénierie philosophique » (cf. Monnin et Livet, 2014, Distinguer/Expliciter. L’ontologie du Web comme ontologie « d’opérations », Intellectica n°61).